La façon dont nous recevons est la même que celle dont nous donnons

Thumbnail

Nous avons une grande admiration pour les personnes qui, malgré leur situation difficile, refusent d'accepter l'aide, les cadeaux ou la charité de qui que ce soit. Leur mentalité peut être perçue comme forte, mais pourrait-elle aussi être une manifestation d'ego ou d'orgueil obstiné ? Un jour, tôt le matin, pendant le silence à la fin de ma pratique d'Atma Kriya Yoga, j'ai pris conscience que j'étais aussi l'une de ces personnes qui refusent de recevoir toute aide offerte gratuitement, entièrement à cause de ma fierté et de mon arrogance. J'ai également découvert que je m'étais imposé des limites quant à ma disponibilité et ma capacité à recevoir l'aide du Divin.

Répondez honnêtement aux questions suivantes : Comment vous sentiriez-vous si vous étiez celui qui, dans un centre de charité ou dans la rue, recevait ce don ou cette aide ? Auriez-vous été reconnaissant ou honteux ? Comment vous sentiriez-vous si vous receviez de l'aide dans votre vie quotidienne ?

Si nous nous sentons mal à l'aise pour accepter de l'aide, qu'est-ce que cela signifie sur la façon dont nous donnons ? Ne serait-ce pas de ne pas prendre en considération ceux qui reçoivent notre aide car ils se trouveraient alors dans une position d'infériorité ?

Recevoir et donner vont de pair

Sans receveur, il ne peut y avoir de donneur. La plupart du temps, l'accent est mis sur le service et le don mais on parle très peu du fait de recevoir.

En fait, recevoir est souvent assimilé à prendre. Il y a une énorme différence spirituelle entre les deux. Prendre suppose de la cupidité et des droits, tandis que recevoir implique de l'humilité et de l'appréciation. En apprenant à recevoir correctement, nous ouvrons notre cœur aux profondeurs de l'amour et apprenons à notre tour à donner correctement. Cela est vrai pour recevoir des cadeaux, de l'aide et même des compliments.

Nous avons des difficultés à recevoir pour de nombreuses raisons. La peur d'avoir un lien avec le donateur et l'intimité qui en découle est l'une d'entre elles. Nous avons été conditionnés à croire que recevoir est égoïste et qu'il y a toujours des obligations envers celui qui donne. Nous avons la conviction que nous devons rendre la pareille ou mieux. Enfin, nous pouvons avoir le sentiment que nous allons perdre le contrôle et devenir vulnérable en recevant. Ces systèmes de croyance ont fini par altérer la façon dont nous donnons également et cela devient un cercle vicieux qui se perpétue.

La façon dont nous recevons montre comment nous donnons

J'ai eu l'occasion de remettre un cadeau à Paramahamsa Vishwananda au nom de quelques dévots et adeptes kenyans à Noël de l'année dernière. J'ai dit "Sri Krishna Arpan", ce qui signifie "Tout appartient à Krishna", au nom des dévots, alors que je tenais le cadeau pour Paramahamsa Vishwananda. Il a tenu le cadeau dans Ses mains en prenant les miennes et a répondu doucement par une courte prière, montrant des émotions d'amour intense, de gentillesse, d'attention et de connexion profonde avec ceux qui l'avaient envoyé.

Recevoir n'a rien à voir avec soi-même. La plupart du temps, les gens donnent en raison de certains sentiments d'amour ou d'amitié à notre égard et pas simplement pour le fait de donner. Que nous ayons demandé un cadeau, que nous le méritions ou pas est secondaire. Les gens veulent faire l'expérience de donner quelque chose pour ressentir l'amour que nous pourrions ressentir lorsque nous donnons. Permettons et honorons cela. Il ne s'agit pas de nous.

Recevons avec gratitude et humilité. Permettons à celui qui donne de prendre soin de nous et établissons un lien avec lui. Ne nous concentrons pas sur le cadeau lui-même, ne nous sentons pas inadapté et n'ayons pas l'impression que nous devons lui rendre la pareille. Sentons sa chaleur et sa gentillesse. Recevons comme si nous recevions un don de Dieu avec gratitude et humilité.

 

Donner chaque jour ce que l'on a reçu

En tant que frères, sœurs, mères, pères, oncles, tantes, amis, amants etc... recevons-nous avec gratitude et humilité ? Sommes-nous conscients d'être présents dans le moment en permettant cet acte d'amour ? Offrons-nous au donateur une chance de profiter de son intimité avec nous ?

En tant qu'enseignants et organisateurs de Bhakti Marga Sadhana - ayant reçu des bénédictions pour enseigner et organiser ces belles et puissantes pratiques spirituelles - partageons-nous et diffusons-nous pleinement, intentionnellement et activement ces techniques au mieux de nos capacités pour donner aux autres la chance d'en bénéficier également ?

En tant que yogis pratiquants, méditants et participants au OM Chanting - ayant reçu la connaissance de ces merveilleuses techniques - les pratiquons-nous régulièrement et avec enthousiasme ? Est-ce que nous pratiquons seulement pour notre bénéfice individuel ou aussi, pour faire profiter la communauté et l'environnement des transformations que notre sadhana génère autour de nous ?

Pour conclure

Un paragraphe du livre Dancing with Fire (Danser avec le feu) : Une façon consciente d'aimer les relations par John Amodeo, Ph.D., MFT.

 “UNE TERRE DESSÉCHÉE NE PEUT LAISSER PÉNÉTRER UNE PLUIE RÉGÉNÉRATRICE SI ELLE EST RECOUVERTE D'UNE BÂCHE EN PLASTIQUE... SANS LA CAPACITÉ D'ÊTRE TOUCHÉS PAR L'ATTENTION ET L'APPRÉCIATION, CES CADEAUX DEVIENNENT MOINS SIGNIFICATIFS. RECEVOIR LE SACRÉ, LE LAISSER ENTRER AVEC GRATITUDE EST UN CADEAU POUR CELUI QUI DONNE ! LORSQUE NOUS SOMMES VISIBLEMENT ÉMUS, CELA SIGNIFIE QUE CELA FAIT UNE DIFFÉRENCE DANS NOTRE VIE... DEUX PERSONNES DONNENT ET REÇOIVENT À LEUR MANIÈRE. CETTE EXPÉRIENCE PARTAGÉE PEUT ÊTRE PROFONDÉMENT SACRÉE ET INTIME - UN MOMENT DE GRÂCE DÉLECTABLE.”

En attendant le taxi qui devait me conduire à l'aéroport afin de prendre l'avion pour le Kenya, au début du mois de janvier de cette année, j'ai ressenti à nouveau un immense amour de la part de Paramahamsa Vishwananda quand j'ai reçu Son Darshan en Allemagne. Il se tenait devant moi avec quelques cadeaux à rapporter à ses fidèles et disciples du Kenya. Alors que je recevais en leur nom, avec un sourire radieux et une chaleur dans le cœur, je me suis figé, incapable de penser ou de bouger. À ce moment-là, toute mon attention a été entièrement tournée vers Paramahamsa Vishwananda. Me regardant doucement avec une étincelle dans les yeux, ses mots d'adieu résonnent encore dans mes oreilles :

 'Transmettez mon amour à tous.’

 

 

 


Blog »