Vivre la sadhana

Thumbnail

"Respirez la mer et ressentez le ciel. Que votre âme et votre esprit s'envolent." 

Van Morrison

 

"Parfait et paisible pour ma méditation quotidienne et mon yoga.

J'aime ce que je fais et je transporte ma paix avec moi partout où je vais.

Il n'y a pas moi et ma pratique spirituelle, il n'y a pas de séparation

Je suis ma pratique et ma pratique, c'est moi.

Comme le souffle, c'est la force qui coule dans ma vie ~ comme le soleil et la mer, les étoiles et le ciel, je sens voler mon âme et mon esprit".

J'ai écrit cela quand j'étais en voyage. La citation ci-dessus capture parfaitement l'essence de l'endroit et les vues du coucher du soleil depuis les fenêtres panoramiques de mon hôtel au bord de la mer. C'était si merveilleux de pratiquer dans un si bel endroit en été ! J'étais vraiment dans l'instant présent ; j'appréciais vraiment l'instant présent. Mais bien sûr, nous ne sommes pas toujours dans le calme d'un endroit à couper le souffle. Le plus souvent, nous sommes en ville, au travail, en déplacement, entourés de bruit, en proie à une activité frénétique, et de gens. Les moments de calme et de silence peuvent sembler rares et impossibles à trouver dans notre monde trop agité, trop affairé.

Et là, c'est la vraie beauté de la sadhana. Plus nous pratiquons, plus nous allons en profondeur, plus cela coulera dans notre vie. Le plus bel endroit de tous, la beauté silencieuse, le calme et la tranquillité de la connexion avec le divin, est toujours au-dedans de nous, tout le temps, à tout moment et dans toutes situations. 

La méditation, notre sadhana évolutionnaire, nous amène à la conscience. Même si vous ne faites que commencer ou que vous avez pratiqué depuis un certain temps, même si cela semble encore mécanique, continuez à le faire. Pratiquer, signifie travailler en nous, se changer et évoluer. C'est peut-être hors du champ de notre conscience, mais il y a encore un doux abandon qui se produit. Plus nous pratiquons, plus la conscience s'écoule dans notre vie, bientôt (dans un timing divin parfait) nous ressentirons ce flux.

Il n'y a pas de séparation entre "moi" et "ma pratique".  Je sens que je suis dans un état constant de sadhana qui coule. Je suis toujours en train d'y entrer et d'en sortir, prenant parfois conscience que j'ai juste été plus profond en elle. C'est seulement quand nous sortons du bonheur que nous savons que nous avons été dans le bonheur. 

Un jour, je passais en boucle une vidéo que j'avais prise dans le parc en fleurs - au cœur de la divine nature - et je fredonnais à nouveau, sans m'en rendre compte, le mantra. Elle nous imprègne au niveau cellulaire et spirituel. Nous devenons Un. C'est comme le OM éternel qui se chante silencieusement et constamment dans le fond profond du vaste cosmos.

Les rituels, contrairement aux habitudes, éveillent la conscience et approfondissent la connexion, surtout si nous sommes nouveaux dans le domaine de la méditation et de la vie spirituelle. Intégrer des heures de pratique quotidienne, qui conviennent à notre style de vie, est une façon qui a fait ses preuves pour établir notre pratique. Lorsque nous avons établi des habitudes de pratique et que nous nous y consacrons, cela nous donnent un espace sacré pour nous connecter à la source nous permettant d'entrer dans le calme et la tranquillité malgré nos vies bien occupées. 

En Occident plus particulièrement, pratiquer vient souvent après tout le reste : le travail, les repas, les corvées ménagères et un million d'autres choses - au lieu de faire partie de tout ce que nous faisons. Les cultures orientales anciennes, qui sont encore liées à ces traditions, vivent la sadhana de façon naturelle. Le but ultime serait de le vivre, de l'être et de le faire circuler à chaque instant de la vie et non vouloir le caser quand nous avons le temps.

Notre sadhana est un mode de vie, une façon de vivre dans notre beau monde, audacieux, désordonné, matériel, fou, chaotique, avec présence et conscience, calme et dans la cohérence.

Bien sûr, cela ne se fait pas du jour au lendemain, c'est un processus. Alors faites confiance au processus, prenez votre temps, laissez-le évoluer. Au fur et à mesure que votre sadhana coule et grandit, devenant de plus en plus expansive et profonde, vous commencez à sentir sa présence dans chaque aspect de votre vie et à chaque instant. Vous apportez la paix avec vous partout où vous allez. Vous êtes sadhana. J'ai commencé, comme nous le faisons tous, avec une pratique régulière à la même heure mais j'ai toujours senti la pratique comme un flux constant et dédié.

Comme le souffle, c'est la force qui coule dans ma vie. Qu'il coule toujours dans votre vie !


Blog »