Leçons apprises suite à une peur de prendre l'avion

Thumbnail

La conscience des changements que l'on doit apporter à sa vie, à ses habitudes ou à son attitude augmente avec la pratique quotidienne régulière d'Atma Kriya Yoga. Quand un Maître pleinement réalisé et éclairé comme Paramahamsa Vishwananda est activement présent dans notre vie, les opportunités et les expériences de la vie réelle pour une plus grande transformation augmentent de façon exponentielle. J'encourage tous les Kriya Yogis qui ne suivent pas encore un Satguru ou un Maître Réalisé à le faire.

Une occasion de transformation s'est présentée il y a quelques mois lorsque, soudainement, j'ai développé une peur de prendre l'avion. Je n'avais jamais eu cette peur auparavant. J'ai dû affronter cette peur pendant une période où j'ai dû effectuer, de façon inhabituelle, de nombreux voyages en avion, autant professionnels que privés. Je n'avais pas les moyens d'éviter ce moyen de locomotion durant cette période.

Qu'ai-je appris au cours des nombreux vols que j'ai effectués ?

J'ai remarqué que pendant la période de turbulence ou de nids-de-poule comme je les appelle (oui, les routes en Afrique ont des nids-de-poule !), pendant le décollage et pendant l'atterrissage, l'intensité de mes prières augmentait considérablement.  Cela m'a fait réaliser que la qualité de ma sadhana (pratique spirituelle) et de mes prières peut être bien meilleure et plus intense. J'ai utilisé les prières pour détourner mon attention des turbulences atmosphériques et me distraire de celles-ci. Est-ce que je pratique assez dans ma vie quotidienne, c'est-à-dire que je me concentre sur mon Guru et Dieu ou est-ce que je fais plus attention aux turbulences ou aux perturbations aériennes dans mon mental ? Je n'arrêtais pas de regarder l'heure pour voir quand nous atteindrions la destination finale. En d'autres termes, j'étais plus conscient de ma destination finale et de mon voyage. Suis-je aussi conscient de mon but sur terre ? Est-ce que j'ai autant de vigilance concernant le programme de transformation que j'ai mis en place pour moi-même ? Voilà les questions qui me sont venues à l'esprit.

J'ai regardé la nature de mes relations avec toutes les personnes qui me sont proches : ma famille, les autres dévots et mes amis. Et mes rapports avec chacun d'entre eux. Comment puis-je les aimer davantage et personnellement  ? Est-ce que j'interagis avec eux quand j'ai besoin d'eux ou est-ce que j'interagis avec eux parce que je les aime ?

Ce qui m'a le plus interpellé, est de vivre le moment présent et de travailler à augmenter ma foi en Dieu et dans mon Satguru. M'est-il arrivé quelque chose ? Étais-je en danger ? Bien sûr que non ! Cela m'a permis de voir à quel point, en théorie, mon mental n'était pas abandonné et à quel point il s'est vraiment abandonné.

Les vols étaient courts mais ils me paraissaient longs avec cette peur. La vie sur terre est courte et/ou insuffisante pour une transformation personnelle, mais elle semble longue quand on ne se concentre pas sur l'Amour. Je me suis demandé si j'utilise au mieux mon temps au quotidien et si j'aime de plus en plus.

Mon vol le plus récent, après l'apprentissage et l'auto-analyse des derniers mois, s'est déroulé il y a à peine quelques jours. C'était de Francfort à Nairobi en passant par Istanbul après avoir passé un moment fantastique au festival Just Love, aux célébrations de Gurupurnima et à la semaine réservée à mon pays à l'ashram Shree Peetha Nilaya, où réside Paramahamsa Vishwananda. Et devinez quoi ? Pendant ce vol, je n'ai plus eu peur de prendre l'avion. Elle a disparu aussi facilement qu'elle était arrivée.


Blog »